Culture & PeopleDiversToute l'actu

La femme la plus noire du monde. Qui est Nyakim Gatwech ?

Elle est magnifique, elle est fascinante. Soudanaise d’origine, on ne présente plus Nyakim Gatwech.

Cette mannequin de 27 ans s’est fait remarquer pour la couleur de sa peau, d’un noir intense dû à un taux de mélanine particulièrement élevé.

Sa carnation lui a valu plusieurs remarques racistes ainsi qu’un bashing de la part de ses collègues. Mais aujourd’hui, si elle est souvent citée sur les réseaux sociaux, c’est pour l’acclamer.

Nyakim Gatwech : La reine noire

Ses amies et son entourage lui ont attribué ce surnom en référence à sa couleur. En français : « Reine des ténèbres. » ou « La Reine noire » .

Jusqu’à ce qu’elle arrive aux Amériques, la jeune femme explique ne jamais avoir connu de problèmes concernant son apparence.

Née à Gambela, ville frontalière de l’Ethiopie, et descendante d’une famille originaire de Mawut, village au Soudan, les peaux extrêmement noires comme la sienne n’étaient pas propices aux réactions virulentes. 

Mais en débarquant aux États-Unis, l’accueil n’était pas le même.  Dans une interview accordée à Konbini, elle explique :

« Les autres mannequins m’ont prise pour cible à cause de ma couleur de peau. J’ai entendu des commentaires tels que « Va prendre une douche, tu es sale » et « Souris, histoire qu’on puisse te voir » tout au long de ma scolarité. »

Ces commentaires lui ont valu une énorme remise en question ainsi qu’un vrai mal être :

« Je me disais : peut-être que ma peau est un problème, est-ce que je peux l’enlever ?! »

Puis c’est en participant à un fashion showlocal en plein milieu du lycée que Nyakim a commencé à s’intéresser à la mode.

LIRE :  CNI au Cameroun : un vrai parcours de combattant

Photoshoots après photoshoots, la jeune femme a fini par se faire remarquer.

Son but était de prouver à toutes celles et ceux qui l’avaient critiqué jusque là que oui, celle dont on disait qu’elle n’était « pas jolie » apparaît désormais à la une des magazines.

Nyakim Gatwech est une personnalité particulièrement engagée et espère que des changements positifs vont continuer de voir le jour dans le monde de la mode.

Une source d’inspiration

En plus de lutter pour son pays dont elle décrit la richesse de la culture et la force de l’union dans la communauté comme « phénoménales », elle invite toutes les personnes victimes de harcèlement à ne pas hésiter à se tourner vers quelqu’un.

« Il faut apprendre à s’aimer. Si je m’aime moi-même, alors les autres verront que ce qu’ils disent ne m’atteint pas et se mettront même éventuellement à arrêter. »

Aujourd’hui, la top qui avait 15 ans lorsque sa mère a quitté le Soudan pour fuir la guerre et s’installer au Minnesota, en a presque 10 de plus. Elle pose désormais pour de nombreux photographes.

LIRE :  Les préparatifs sont lancé en vue du financement des projets intégrateurs de la Cemac

Elle a comme projet de créer des produits de beauté destinés aux carnations semblables à la sienne, mais elle continue surtout d’influencer positivement les gens souffrant des standards de beauté imposés.

L’histoire de cette nénette hors du commun rappelle celle de Khoudia Diop, mais aussi celle de Chantelle Brown-Young, mannequin atteinte de vitiligo, ou encore de Thando Hopa, albinos devenue égérie de Vichy en 2014.

Patrick Zambo

Rédacteur prolifique spécialisé en journalisme d'investigation, Patrick Zambo a rédigé des contributions pour de nombreux organes de presse nationaux et internationaux. Réputé pour sa rigueur et son impartialité dans le traitement de l'information, il sait faire montre d'une méthodologie à toute épreuve. Contact : patrick.zambo@newsclic.info

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

La maintenance de notre site repose sur des revenus issus des publicités saines. Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour visualiser notre contenu.
Enable Notifications.    Ok No thanks