InsolitesTendancesToute l'actu

La vraie histoire de Jenny BSG défigurée par son fiancé Docteur idéologie

La danseuse Jenifer Mboyo Bosenge alias Jeny Bosenge ( Jenny BSG ) a affirmé avoir été encore battue par son ex fiancé, le comédien Bryan Bule Lumbala alias Docteur Idéologie.

Alors qu’elle avait annoncé sa rupture depuis le mois de Janvier , il s’avère que les choses n’étaient pas encore vraiment tirées au clair.

L’on se souvient en effet que la chorégraphe avait posté en story de son compte Instagram un message où elle lançait : « L’amour et le respect ne se forcent pas. Dans mon expérience j’aurai au moins compris qu’il ne sert à rien de se battre corps et âme pour changer un homme. Au final c’est lui qui décide de changer ou pas. Je suis célibataire ». Comment se fait-il que dix mois plus tard ils se retrouvent encore à huis clos ?

LIRE :  Le Royaume-Uni suit les États-Unis en interdisant Huawei du réseau 5G

Quoi qu’il en soit, la nouvelle suscite une onde de choc sur Instagram où de nombreuses personnes, y compris des célébrités, commentent la publication de la danseuse. L’acte de son ex-fiancé reçoit de vagues de condamnations en quelques minutes; Risquant notamment un blacklist âge sur Instagram. Jeny Bosenge a publié plusieurs images d’elle sérieusement battue, avec des hématomes au niveau des yeux et en larmes. Elle a aussi une jambe cassée et a publié quelques conversations.

Le texte poignant de Jenny BSG :

« JE N’AI PLUS PEUR DE PARLER ! Subir différentes formes de violences tout le long d’une relation et rester sous silence. Pardonner, accepter, supporter, et retomber amoureuse, penser que tout ira mieux… Avoir peur de parler, avoir peur de la réaction des gens. Avoir peur des menaces. Avoir peur de sortir. Avoir peur de nuire à quelqu’un et à sa carrière, Avoir peur de mourir si l’on parle. Le coup que j’ai reçu c’était le DERNIER ! C’était le coup de TROP », écrit la jeune femme en légende de sa photo.

LIRE :  Camusgate : Une internaute demande a Camus Mimb d'aller se faire foutre avec ses excuses : " hypocrite.com,c'est maintenant que vous le faites?"

« Ma vie ne s’arrête pas là. Ma vie ne s’arrête pas au mariage j’ai tellement de talent, tellement d’autres choses beaucoup plus positives et ambitieuses à partager avec vous. PLUS JAMAIS ÇA. Je n’encourage PAS le harcèlement, je n’encourage PAS la haine. Donc n’essayez pas de vous venger à ma place. Je n’ai pas besoin de vengeance j’ai besoin de me libérer. Laissez cette personne. La justice et la justice divine feront leur travail. Dieu est juste, Dieu est grand. Je ne m’inquiète pas. Pour toutes les femmes dans ce genre de situations même si selon vous ce n’est pas grave et qu’on vous dit que le mariage c’est pas facile & qu’il faut supporter ! Au premier signe de violence partez !!!!! Moi j’aurais du partir + tôt ! N’attendez pas le coup fatal. PARTEZ !!!! Et pour toi mon ex-fiancé j’aimerais te dire MERCI de m’avoir honorée en public je te dis aussi AU REVOIR et À JAMAIS en public car si je reste, je meurs », ajoute-t-elle.

Un texte poignant qui a de quoi inquiéter, auquel son ex-fiancé a lui aussi réagi en niant totalement les faits, et en accusant Jenny de manipuler les faits , avec une déclaration de police; arguant qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un accident avec un stabilisateur de caméra qui serait tombé sur l’œil de Jenny durant une dispute …

LIRE :  Où est passé Jean-Pierre Amougou Belinga?

Tags

Patrick Zambo

Rédacteur prolifique spécialisé en journalisme d'investigation, Patrick Zambo a rédigé des contributions pour de nombreux organes de presse nationaux et internationaux. Réputé pour sa rigueur et son impartialité dans le traitement de l'information, il sait faire montre d'une méthodologie à toute épreuve. Contact : patrick.zambo@newsclic.info

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

La maintenance de notre site repose sur des revenus issus des publicités saines. Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour visualiser notre contenu.
Enable Notifications    OK No thanks