SociétéToute l'actu

Un ex-sataniste reconverti en pasteur explique comment tuer quelqu’un dans la sorcellerie

Ils arborent des noms qui ont parfois un lien direct avec figures antiques illustrant le mal, on les retrouve dans des loges et sont souvent confrontés à une vie qui se veut fonder sur la base des sacrifices.

Au-delà de leurs sacrifices ignobles, ils s’arment parfois de multiples méthodes /techniques pour mener à bien leurs rituels ou pratiques. Parmi ces méthodes, une est mise en avant par le pasteur Jonas ex-sataniste qui est reconverti en pasteur. Il a décidé de partager un temoignage pour expliquer comment en finir avec quelqu’un dans la sorcellerie. Suivons-le:

Quand on veut tuer quelqu’un dans la sorcellerie, on commence d’abord par voler son ombre. Une fois l’ombre volé, on va chercher un moyen, pour tuer la personne. Ça sera soit par un accident, une maladie… Dès que la personne meurt, on peut même faire appel à un médecin, ce qui est sûr il ne pourra que confirmer le décès de ce dernier. Mais en réalité cette personne n’est pas encore morte, elle est encore en vie. Maintenant, quand on va aller enterrer la personne, la nuit tous les sorciers qui étaient dans le complot, ceux qui ont orchestré la mort de la victime, vont se réunir au cimetière et ils vont entourer la tombe. On va donner un fouet appeler « fouet d’appel » au sorcier qui a fait le sacrifice. Il va frapper trois fois la tombe avec ce fouet. Dès que c’est fait la personne qui se trouve dans la tombe va sortir. Quand elle sort, on prend l’ombre qui lui a été volé, et on lui retourne ça.

LIRE :  Tunisie-Basket-ball : La date des demi-finales de la coupe est connue

À partir de ce moment la personne devient consciente, elle est capable de reconnaitre tous ceux qui l’entourent, malheureusement, elle ne peut plus rien faire pour se défendre. Même si elle appelle Jésus, il ne viendra pas. « Même si Jésus est un secours qui ne manque jamais dans la détresse, il ne viendra pas », parce que Jésus n’est pas un Dieu des morts, c’est pendant qu’on est vivant qu’on peut faire recours à lui… Maintenant on va chercher un œuf non préparé et on va l’écraser sur la tête de la personne afin de rendre sa conscience stérile. Après avoir fait cela, on va utiliser un objet qui est semblable à un malaxeur, avec lequel on va le frapper au niveau de la nuque. C’est cette fois-là que la personne va mourir.

Mais avant cela si la personne qui l’avait sacrifié avait besoin de l’utiliser soit au champ, soit à la pêche, on va le laisser. Quand on le laisse, c’est pour l’utiliser à un travail bien précis. Pendant qu’on l’utilise, on peut même le voir à un endroit précis. Quand la personne se fatiguer par rapport au travail qui lui a été donné, c’est là que les sorciers vont encore le ramener, le tuer et le manger.

LIRE :  Cameroun: Fermeture de la station Total du quartier B.P Cité à Douala à cause du Coronavirus

Croire en la sorcellerie est-il un mythe ? Pour de nombreux chrétiens de l’Eglise Catholique, une pratique inhumaine prend son pouvoir selon le degré de croyance des Hommes. Ainsi, de la même manière qu’on a la foi en Dieu, qui permet parfois d’être “témoins” des œuvres célestes, de cette même manière qu’on fournit une certaine puissance quand on croit en la sorcellerie.

Paule Bao

Paule Bao

Paule Bao est auteur et contributrice professionnelle spécialisée dans sujets liés à la culture, et aux médias. Elle a par ailleurs une expérience dans la presse écrite et parlée, et a eu à animer plusieurs émissions radiophoniques notamment sur Mirror Radio 93.7 FM, basée à Douala. Email : paule.bao@newsclic.info

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

La maintenance de notre site repose sur des revenus issus des publicités saines. Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour visualiser notre contenu.
Enable Notifications.    Ok No thanks